Sustine Bad Politics
arhiva stiri
starea vremii
noiembrie 20, 2017, 7:22 pm
Senin
Senin
5°C
Presiunea: 1010 mb
Umiditate: 86%
Vânt: 0 km/h N
Răsarit: 7:18 am
Apus: 4:44 pm
 
ANUNTURI UMANITARE
Antiglobalizare
Razboiul escatologic. Interviu cu Hervé Ryssen
Aciduzzul | 28 mai, 2013 | 0 comentarii | 169 vizualizari |
(3 voturi )

Aparut in saptamanalul Rivarol din 3 mai 2013.
Jérome Bourbon: Hervé Ryssen, buna ziua. Ati publicat , in saptamana aceasta, a noua carte a Dumneavoastra. De data aceasta tratati tema escatologiei. Ati putea , pentru inceput , sa explicati cititorilor Rivarolului, in ce consta escatologia?

Hervé Ryssen : Buna ziua, draga Jérome, si buna ziua tuturor amicilor Rivarolului, pe care-mi face mereu placere sa-i intalnesc. Escatologia, ca sa o spun pe scurt, constituie studiul sfarsitului timpurilor. In cele trei mari religii monoteiste, care sunt iudaismul, crestinismul si islamul, exista aceasta credinta ca lumea pe care o cunoastem , trebuie sa se termine intr-o zi. In fiecare dintre aceste traditii – dar si in mitologia nordica – cataclisme, razboaie si tot felul de evenimente terifiante se vor succeda obligatoriu , pentru a preceda lupta contra fortelor raului, din care se va renaste o lume regenerata. Se reintalneste aceasta formula, mereu.

Jérome Bourbon : Ce invataminte ati tras din studiul Dumneavoastra? Data fiind apropierea dintre cele trei religii ale cartii, putem noi sustine ca se poate anticipa un viitor comun?

Hervé Ryssen : Escatologia ne invata tocmai faptul ca aceste trei religii sunt incompatibile unele cu celelalte, pentru simplul si bunul motiv ca viziunea lor asupra viitorului, difera asupra acestui punct fundamental: la sfarsitul timpurilor, una si numai una singura dintre aceste trei religii, trebuie sa triumfe: ceilalti credinciosi vor trebui sa se converteasca( crestinii sau musulmanii) sau sa dispara , pur si simplu.

La evrei, in fapt, nu exista aceasta vointa de a converti pe ceilalti la religia iudaica.Tot militantismul iudaic, toata propaganda intelectualilor iudaici(de-a lungul discursului lor,filmelor si romanelor lor, etc) consta in a discredita la ceilalti oameni, religia lor,rasa patria si tot sentimentul de apartenenta, facand acest lucru, cu scopul final de a ridica evreii de-asupra masei de “goy”.

Cand toate natiile vor fi distruse, transformate in societati multiculturale, cand toate religiile vor fi anihilate si va fi instaurat un singur guvern mondial -fara discutie doar dupa un mare razboi – va domina o pace “absoluta si definitiva ” peste omenire, gandesc ei.

Este doar atunci cind va aparea messia al lor.

Evreii, care vor fi stiut sa-si pastreze traditiile, vor fi atunci recunoscuti de toti, drept poporul ales.

Jerome Bourbon : Supremasismul iudaic nu constituie o exceptie. Si musulmanii vor sa-si impuna dominatia asupra lumii.

Hervé Ryssen : Exista efectiv si in islam, aceasta idee ca toata tera trebuie sa se supuna si sa accepte mesajul Profetului. Dar, asa cum va spuneam, e vorba aici de a converti pe ceilalti, si nu de a-i distruge. Islamul nu constituie o secta inchisa , ca iudaismul, ci o religie deschisa, universalista, asa precum este crestinismul, de altfel. In acest timp insa nu avem voie sa pierdem din vedere faptul ca gasim in mai multe reprize, in Coran, ideea de a combate infidelii cu arma in mana, daca este nevoie. In masura in care si eu ma numar printre “infideli”, acest lucru ma cam jeneaza in jurul gatului.

Jérome Bourbon : Anumiti patrioti francezi considera ca evreii, sau cel putin, anumiti evrei,pot constitui aliati cu avansul islamului in Europa. Ce ganditi despre asta?

Hervé Ryssen : De cateva zeci de ani, o mana de intelectuali evrei, care erau initial aparatori ferventi ai emigratiei, si-au rasturnat efectiv bateriile si s-au transformat subit , ca prin farmec, in superpatrioti francezi, “mai francezi decat francezii” , de cand si-au dat seama ca toti acesti emigranti musulmani veniti in Franta, la aparitia carora au contribuit, nu sunt neaparat si amicii lor.

Obiectivul lor nu este acela de a trimite acesti emigranti in tarile lor de bastina ci de a-i integra cu duhul blandetii, spargand astfel forta islamului.

Ei au spus-o si au repetat-o. Pe de alta parte, discursul contra “fascismului islamic” (“fascislamisme”, scria deja Bernard-Henri Lévi in 2006), este un mijloc de a prepara spiritele pentru un razboi contra Iranului, o tara care pe noi nu ameninta deloc, in calitate de francezi, dar care reprezinta un obstacol contra Statului sionist din Orientul apropiat.

Aceasta retorica inselatoare este o capcana pentru prosti.In ce ne priveste, noi suntem radical impotriva implantatiei masive de straini din lumea a treia pe pamantul nostru, musulmani sau nu; si pe plan international noi ne situam integralmente de partea Siriei, a Iranului, precum si de partea tuturor tarilor care se opun axei occidentalo-sioniste.

Iudeii sa-si faca macar acum , pentru prima data , singuri razboiul!

Jérome Bourbon : Cum prevad teologii musulmani finalul confruntarii lor cu lumea occidentala si cu sionismul?

Hervé Ryssen : Un teolog precum Imran Hosein a inteles perfect ca Occidentul “crestin” este azi in mare masura iudaizat, printr-o propaganda interminabila cosmopolita care domina mediile.

‘Avortul, homosexualitatea, lesbianismul, adulterul, sunt legalizate astazi…’, scrie el. Ei au ‘devenit iudei’, spune el despre europeni, si pe buna dreptate. Imran Hosein denunta de asemeni cu forta, manevrele occidentale intentionate sa instaureze “un guvern mondial”.

Pentru el , in tot cazul, lucrurile sunt foarte clare:

Dumnezeu a pedepsit pentru o prima data iudeii cu ajutorul unei armate babiloniene; a doua oara i-a pedepsit cu o armata romana; a treia pedepsire va fi efectuata de catre o armata musulmana; si de data asta fa vi finala! In ce priveste crestinii, care n-au stiut sa se apere de nihilismul iudaic, ei vor trebui sa inceteze sa-l mai adore pe Isus drept Dumnezeu si “vor fi constransi sa -l recunoasca drept profet”.

Sa notam aici o diferenta de ton intre musulmani , care-l recunosc pe Isus drept profet, si evrei, care, in Talmudul lor, il insulta pe Cristos si considera ca el este fiul unei prostituate si al unui soldat roman.

In escatologia musulmana, Isus este considerat cateodata drept a fi “Mahdi”(acela care este ghidat de Dumnezeu), care va invinge Anticristul la sfarsitul timpurilor. Caci exista si un Antecrist la musulmani. Ei il numesc “Dajjal”; si tot asa ca la crestini, Antecristul, care va aparea ca sa persecute fidelii, inainte de a fi invins finalmente, a iesit tot din secta iudeilor, ceea ce nu este de mirare!

Jérome Bourbon : Ce diferenta vedeti Dumneavoastra intre escatologia crestina si cea musulmana?

Hervé Ryssen : Diferenta esentiala este ca musulmanii cred intr-un triumf terestru, ca si iudeii, in timp ce crestinii, si in special catolicii, par a fi renuntat complet la orice nazuinta de victorie pe pamantul asta.

Escatologia catolica este confuza , pur si simplu, si nu este mobilizatoare, ca la iudei sau la musulmanii siiti, care lupta pentru venirea lui Messia. In rari texte se poate crede intr-o evanghelizare a tuturor natiunilor.

Este a “sasea perioada” a bisericii , descrisa de venerabilul Barthélémy Holzhauser, cea care precede marea apostasie. In perioada urmatoare , cea a Antichristului, citim ca ” singura victorie posibila, pentru crestini, in aceste zile atat de teribile, va fi sa fim invinsi persecutati, torturati, si ucisi, ramanand fideli , constanti si fermi”.

Acest exemplu este simptomatic.

Se vede ca crestinii sunt dezarmati, moralmente, si ca eroii care ei ar putea sa fie, sunt transformati in martiri. In Biserica conciliara de dupa Vatican II(1962-65), escatologia este si mai demobilizatoare.

De data asta biserica pare sa fi imbratisat cauza iudaismului. Ea pare sa fie umila si pare sa astepte guvernul mondial si dominatia Anticristului cu nerabdare! Convertirea evreilor?

Aceasta este trimisa la sfarsitul timpurilor, si asta nu-i din cauza zelului evangelic al catolicilor.

Deci nu avem aici activism mesianic “Nimeni nu va regreta catedralele gotice”, fruct al “orgoliului nostru”, scrie un teolog cu emblema episcopiei Parisului.

Ai efectiv impresia unui elan sinucigas. Deci sa nu ne miram, daca, in aceste conditii , constatam ca dusmanii nostri avanseaza si ca noi dam inapoi. Nici nu se poate sa ne para ceva mai normal.

Jérome Bourbon : Ce putem gandi despre o “Weltanschauung”(conceptie asupra lumii) asupra mediului pagan? Puteti sa ne dati o idee?

Hervé Ryssen : Mediul pagan , in general , nutreste o escatologie destul de putin combativa. Este foarte usor de inteles : de decenii deja, principalul ganditor in acest curent , Alain de Benoist, a repetat intr-una aceasta idee ca la europenii de dinainte de crestinism, istoria era ciclica si nu lineara. Si toti ganditorii in vena asta , de dupa el , au repetat pana la satietate cuvintele lui Nietzsche : “Ce trebuie sa cada , nu trebuie retinut, ci trebuie impins”.

Ceea ce face ca un numar de militanti care gandesc astfel, sa considere, in mod total natural ,ca cel mai bun lucru de facut este sa privesti cum moare aceasta civilizatie, chiar sa-i incurajezi decadenta, convinsi cum sunt ei ca , se va naste un nou ciclu odata ce totul a fost distrus.

Ei nici macar nu-si mai dau seama ca , la sfarsitul acestui ciclu, oamenii albi vor fi morti si ingropati, si ca vor fi lasat camp liber dusmanilor lor .

Cei mai buni dintre ei se considera “pesimisti combativi”. Spiritele mai putin politice sunt “traditionalistii”, adepti ai lui René Guénon si ai italianului Iulius Evola. Conform acestui curent de gandire, istoria constituie un lung declin, o indepartare progresiva de “traditia primordiala”, si aceasta, de cateva zeci de mii de ani ani(sau de cateva sute de mii, depinde de interpretari).

Dupa Epoca de aur a urmat Epoca de argint si Epoca de bronz. Ne aflam azi in a patra epoca , care e si ultima, Epoca de fier, care dureaza mai mult de 6.000 de ani, dar care trebuie sa se termine curand si sa inchida marele ciclu.

Nu va simtiti obositi? Trebuie sa asteptam sa se termine totul, zice Julius Evola; e absolut inutil sa incercam ceva, orice ar fi, pentru a lupta contra curentului decadentei!

Se intelege mai bine, citind acestea, pentru ce iudeii si musulmanii merg cu vantul in panze! Totu-i chestie de escatologie!

In rest, eu aduc in a treia parte a cartii mele, cateva elemente de reflectie care permit, consider eu, sa intelegem functionarea razboiului psihologic pe care trebuie sa-l ducem. Pe scurt: pentru noi, sa avem dubii, inseamna deja sa tradam lupta.

Hervé Ryssen, La Guerre eschatologique, avril 2013, 192 pages, 22 €, port compris.
Vous pouvez commander le livre ICI(paypal), et LA (Amazon).

ou par chèque, au 14 rue Pierre Brossolette, 92300 Levallois. Chèque à l’ordre de LALIN.

Livraison en deux jours.

Textul a fost tradus de comentatorii de pe acest site CZC, Radu Stefan și Carolina. Patria recunoscătoare!)

Si varianta originala…

L’eschatologie, c’est l’étude de la fin des temps. Dans les trois grandes religions monothéistes que sont le judaïsme, le christianisme et l’islam, il y a cette croyance que le monde que nous connaissons a été créé par Dieu, mais qu’il doit aussi se terminer.

Les cataclysmes, les guerres et toute sorte d’événements terrifiants qui doivent avoir lieu se retrouvent dans chacune de ces grandes traditions, ainsi que chez les anciens Aryas et dans la mythologie nordique. Du combat final contre les forces du mal – la grande guerre de la fin des temps – naîtra un monde régénéré, d’où seront bannis les incroyants et les hérétiques.

L’histoire a donc un sens : celle que lui donnent les hommes. On voit ici que la ligne de fracture ne se situe pas tant entre les adeptes d’une vision linéaire et les adeptes d’une vision cyclique de l’histoire, qu’entre ceux qui croient à une victoire terrestres et qui s’activent en ce sens, d’un côté, et ceux qui vivent dans la nostalgie d’un Âge d’or passé ou la vague espérance d’un paradis éternel dans l’au-delà.

C’est l’eschatologie qui permet de comprendre pourquoi, aux États-Unis, des millions de chrétiens évangéliques sont les plus fervents partisans de l’État d’Israël.

C’est l’eschatologie qui permet de comprendre pourquoi les musulmans sont aujourd’hui leurs ennemis les plus acharnés.
C’est l’eschatologie qui permet de comprendre le triomphe de l’idéologie mondialiste,le long déclin de l’Église catholique et la crise morale que traverse l’Occident.

Hervé RYSSEN

La Guerre eschatologique

Entretien avec Hervé RYSSEN, paru dans l’hebdomadaire Rivarol du 3 mai 2013.

Jérôme Bourbon : Hervé Ryssen bonjour. Vous faites paraître cette semaine votre neuvième livre. Cette fois-ci, vous traitez d’eschatologie. Pourriez-vous d’abord expliquer aux lecteurs de Rivarol ce qu’est l’eschatologie ?

Hervé Ryssen : Bonjour cher Jérôme, et bonjour à tous nos amis de Rivarol, que j’ai toujours grand plaisir à rencontrer. L’eschatologie, pour faire court, c’est l’étude de la fin des temps. Dans les trois grandes religions monothéistes que sont le judaïsme, le christianisme et l’islam, il y a cette croyance que le monde que nous connaissons doit se terminer un jour. Dans chacune de ces traditions – mais aussi dans la mythologie nordique – des cataclysmes, des guerres et toute sorte d’événements terrifiants doivent se succéder et précéder le combat final contre les forces du mal, duquel naîtra un monde régénéré. On retrouve ce schéma à chaque fois.

Jérôme Bourbon : Quels enseignements avez-vous tirés de votre étude ? Étant donné la proximité des trois religions du livre, pouvons-nous dire qu’il est possible d’envisager un avenir commun ?

Hervé Ryssen : L’eschatologie nous apprend précisément que ces trois religions sont incompatibles les unes avec les autres, pour la simple et bonne raison que leur vision de l’avenir diverge sur ce point fondamental : à la fin des temps, une, et une seule, doit triompher ! Les autres doivent se convertir (chez les chrétiens et les musulmans), ou disparaître purement et simplement. Chez les juifs, en effet, il n’y a pas cette volonté de convertir les autres au judaïsme. Tout le militantisme juif, toute la propagande des intellectuels juifs (à travers leurs discours, leurs films, leurs romans, etc.) consiste à discréditer chez les autres l’idée de religion, de race, de patrie, et tout sentiment d’appartenance, et ce, afin d’élever les juifs au-dessus de la masse des “goys”. Quand toutes les nations auront été détruites, transformées en sociétés multiculturelles, quand toutes les religions auront été anéanties et qu’un gouvernement mondial aura été instauré – sans doute après une grande guerre – une paix “absolue et définitive” régnera sur le monde, pensent-ils. C’est alors que leur messie tant attendu viendra. Les juifs, qui auront su garder leurs traditions, seront alors reconnus par tous comme le “peuple élu de Dieu”.

Jérôme Bourbon : Le suprémacisme juif n’est pas une exception. Les musulmans veulent eux aussi imposer leur domination sur le monde…

Hervé Ryssen : Il y a effectivement aussi dans l’islam cette idée que toute la terre doit se soumettre et accepter le message du Prophète. Mais, comme je vous le disais, il s’agit ici de convertir les autres, et non de les détruire. L’islam n’est pas une secte fermée, comme le judaïsme, mais une religion ouverte, universaliste, tout comme le christianisme, d’ailleurs. Il ne faut cependant pas perdre de vue qu’on trouve à plusieurs reprises dans le Coran l’idée de combattre les infidèles, les armes à la main, s’il le faut. En tant qu’“infidèle”, ça me gêne un peu au niveau du col !
Jérôme Bourbon : Certains patriotes français pensent que les juifs, ou au moins certains juifs, peuvent être des alliés face à la poussée de l’islam en Europe. Qu’en pensez-vous ?

Hervé Ryssen : Depuis une dizaine d’années, une poignée d’intellectuels juifs, qui étaient auparavant de fervents défenseurs de l’immigration, ont effectivement retourné leurs batteries et se sont soudainement transformés, comme par magie, en super-patriotes français, “plus français que les Français”, depuis qu’ils se sont aperçus que tous ces immigrés musulmans qu’ils avaient contribués à faire entrer chez nous n’étaient pas forcément leurs amis. Leur objectif n’est pas de renvoyer ces immigrés dans leurs pays d’origine, mais de les intégrer en douceur, en cassant la force de l’islam. Ils l’ont dit et répété. D’autre part, le discours contre le “fascisme islamique” (“fascislamisme”, écrivait déjà Bernard-Henri Lévy en 2006) est un moyen de préparer les esprits à une guerre contre l’Iran, pays qui ne nous menace pas du tout, en tant que Français, mais qui représente un obstacle pour l’État sioniste au Proche-Orient. Cette rhétorique fallacieuse est donc un attrape-nigauds. En ce qui nous concerne, nous sommes foncièrement opposés à l’implantation massive d’immigrés du tiers-monde sur notre sol, qu’ils soient musulmans ou pas ; et sur le plan international, nous sommes totalement du côté de la Syrie, de l’Iran, ainsi que de tous les pays qui s’opposent à l’axe occidentalo-sioniste. Que les juifs fassent leur guerre eux-mêmes, pour une fois !

Jérôme Bourbon : Comment les théologiens musulmans envisagent-ils la fin de cette confrontation contre le monde occidental et le sionisme ?

Hervé Ryssen : Un théologien comme Imran Hosein a parfaitement compris que l’Occident “chrétien” est aujourd’hui largement judaïsé, du fait d’une propagande cosmopolite incessante dans les médiats. « L’avortement, l’homosexualité, le lesbianisme, l’adultère sont légalisés aujourd’hui… », écrit-il. Ils sont « devenus juifs », dit-il des Européens, à juste raison. Imran Hosein dénonce aussi avec force les manœuvres occidentales en vue de l’instauration d’un « gouvernement mondial ». Pour lui, en tout cas, les choses sont très claires : Dieu a puni une première fois les juifs avec une armée babylonienne ; il les a punis une deuxième fois avec une armée romaine ; la troisième punition sera le fait d’une armée musulmane ; et cette fois-ci, ce sera la bonne ! Quant aux chrétiens, qui n’ont pas su se préserver du nihilisme juif, ils devront cesser d’adorer Jésus comme s’il était Dieu et « seront contraint de le reconnaître comme Prophète. » On note ici une différence de ton entre les musulmans, qui reconnaissent Jésus comme un prophète, et les juifs, qui, dans leur Talmud, insultent le Christ et considèrent qu’il est le fils d’une prostituée et d’un soldat romain. Dans l’eschatologie musulmane, Jésus est aussi parfois considéré comme le “Mahdi” (Celui qui est guidé par Dieu), qui vaincra l’Antéchrist à la fin des temps. Car il y a aussi un “Antéchrist” chez les musulmans. Ils l’appellent le “Dajjal” ; et comme chez les chrétiens, l’Antéchrist, qui viendra persécuter les fidèles avant d’être finalement vaincu, est issu de la secte juive, ce qui n’est guère étonnant !

Jérôme Bourbon : Quelles différences voyez-vous entre l’eschatologie chrétienne et l’eschatologie musulmane ?

Hervé Ryssen : La différence essentielle est que les musulmans croient à un triomphe terrestre, tout comme les juifs, tandis que les chrétiens, et notamment les catholiques, semblent avoir renoncé à toute idée de victoire sur cette terre. L’eschatologie des catholiques est confuse, pour tout vous dire, et n’est pas mobilisatrice, comme chez les juifs ou chez les musulmans chiites, qui travaillent à faire venir leur messie. Dans de rares textes, on peut croire à une évangélisation de toutes les nations. C’est la “sixième période” de l’Église, décrite par le vénérable Barthélémy Holzhauser, qui précède la grande apostasie. À la période suivante, celle de l’Antéchrist, on lit que « la seule victoire possible, pour les chrétiens, en ces jours si terribles, sera d’être vaincus, persécutés, tourmentés et mis à mort, en demeurant fidèles, constants et fermes. » Cet exemple est symptomatique. On voit que les chrétiens sont désarmés, moralement, et les héros qu’ils pourraient être sont transformés en martyrs. Dans l’Église conciliaire d’après le concile de Vatican II (1962-1965), l’eschatologie est encore plus démobilisatrice. Cette fois-ci, l’Église semble avoir épousé la cause du judaïsme. Elle doit être humble, et semble attendre le gouvernement mondial et le règne de l’Antéchrist avec impatience ! La conversion des juifs ? Elle est renvoyée à la fin des temps, et ce n’est jamais du fait du zèle évangélique des catholiques. Il n’y a donc pas ici d’activisme messianique.« Personne ne regrettera les cathédrales gothiques », fruit de notre « orgueil », écrit un théologien, avec l’imprimatur de l’évêché de Paris. On a vraiment l’impression d’un élan suicidaire. Il n’est donc pas étonnant, dans ces conditions, de constater que nos ennemis avancent, et que nous reculons. Tout nous paraît on ne peut plus normal.

Jérôme Bourbon : Qu’en est-il de la “Weltanschaung” du milieu païen ? Pouvez-vous nous-en dire un mot ?

Hervé Ryssen : Le milieu païen en général nourrit une eschatologie qui est assez peu combattive. C’est très facile à comprendre : depuis des décennies, le principal penseur de ce courant de pensée, Alain de Benoist, a ressassé cette idée que chez les Européens d’avant le christianisme, l’histoire était cyclique, et non linéaire. Et tous les penseurs de cette mouvance, après lui, on répété à satiété le mot de Nietzsche : « Ce qui doit tomber, il ne faut pas le retenir, mais le pousser. » Ce qui fait que, tout naturellement, nombre de militants de cette mouvance pensent que le mieux à faire est de regarder mourir cette civilisation, et même d’encourager la décadence, convaincus qu’ils sont qu’un nouveau cycle renaîtra une fois que tout aura été détruit. Ils ne se rendent même plus compte qu’à la fin de ce cycle, les hommes blancs seront morts et enterrés, et qu’ils auront laissé le champ libre à leurs ennemis. Les meilleurs d’entre eux se réclament d’un “pessimisme combattif”. Les esprits moins politiques sont les “traditionalistes”, adeptes de René Guénon et de l’italien Julius Evola. Pour ce courant de pensée, l’histoire est un long déclin, un éloignement progressif de la “Tradition primordiale”, et ce, depuis quelques dizaines de milliers d’années (ou quelques centaines de milliers, selon les interprétations !) Après l’Âge d’or, il y eut un Âge d’argent, puis un Âge de bronze. Nous sommes aujourd’hui dans le quatrième et dernier Âge, l’âge de fer, qui dure plus de six mille ans, mais qui doit se terminer prochainement et clore le grand cycle. Ne sentez-vous pas que vous êtes fatigués ? Il faut attendre que tout se termine, affirme Julius Evola ; il est absolument inutile de tenter quoi que ce soit pour lutter contre le courant de décadence ! On comprend mieux, dans ces conditions, pourquoi les juifs et les musulmans ont le vent en poupe ! Tout est question d’eschatologie ! Pour le reste, j’apporte dans la troisième partie du livre quelques éléments de réflexion qui permettent, je crois, de comprendre le fonctionnement de la guerre psychologique que nous devons mener. Pour faire court : pour nous, douter, c’est déjà trahir !

Sursa: Ion Coja

Adauga un comentariu!

Nume (necesar)

Website


*

Editoriale din aceeasi categorie

Autor: Aciduzzul | 24 iunie, 2016 | 0 comentarii | 268 vizualizari | 2 voturi

Brexit-ul este, fara doar si poate, un eveniment de proportii epice prin prisma perpectivelor pe care le deschide. Brexit-ul reprezinta prima fisura intr-un sistem monstrous care parea monolit. Practic, intreaga oligarhie americana si europeana, cu monstroasa masinarie media aservita au fost luate prin suprindere, in ciuda manevrelor diperate de a influenta in extremis opinia publica […]

Autor: Aciduzzul | 6 martie, 2016 | 0 comentarii | 8604 vizualizari | 5 voturi

Site-urile americane sustin ca hacker-ul roman supranumit Guccifer, extradat recent in Statele Unite, ar fi fost gasit mort in celula in care ese incarcerat, la scurt timp dupa ce ar fi disparut din celula, ulterior interogarii acestuia de catre FBI. Informatia vine la scurt timp dupa ce FBI a anuntat ca nu recomanda procurorilor americani […]

Autor: Aciduzzul | 14 noiembrie, 2015 | 0 comentarii | 400 vizualizari | 3 voturi

Marius Serban Dupa cum ne-am obisnuit deja in astfel de situatii cam toate goarnele media din Romania si de pe afara se vad obligate sa caute dedesubturile acestei afaceri apeland la tot felul de “analisti” mai mult sau mai putin intersati, cu o agenda care mai de care mai inchegata, scrisa de marii actori globali,sau, […]

Autor: Aciduzzul | 14 septembrie, 2015 | 0 comentarii | 295 vizualizari | 1 vot

Michael Thomas “9/11 was an Anglo-American black operation executed in collusion with Israeli Secret Services and Saudi Arabian financiers.” — 9/11 Investigator. Undoubtedly the 9/11 attacks on New York City and Washington DC are the most misrepresented by officialdom in US history. Whereas the assassination of John F. Kennedy is now understood to have been […]

Autor: Aciduzzul | 14 septembrie, 2015 | 0 comentarii | 125 vizualizari | 3 voturi

Uniunea Europeană trece printr-o profundă criză intelectuală şi morală, generând o criză politică, afirmă preşedintele Parlamentului Ungariei, Laszlo Kover, subliniind că UE reprezintă “problema”, “nu soluţia”. Kover, Europa trebuie să decidă cum interpretează imigraţia, dacă o percepe ca mijloc pentru acoperirea deficitului pe piaţa muncii pe fondul scăderii demografice sau ca risc de securitate. “Recenetele […]

Ofera o donatie
Dacă vrei să contribui și tu, poți dona aici:
fii aproape de noi
Conferinta_AGROstandard
PUB
web design profesionist
Red Moon Media
CAMPANII bp
Atitudine Contemporana
Televiziunea Copiilor
Le Pre
1984 George Orwell
Televiziunea Copiilor
piata BIO
alimente organice
internet manipulation techniques
Adauga banerul de partener Badpolitics pe site-ul tau bad politics
bad politics

2009 - 2017 © BadPolitics